Logiciels préinstallés et pratiques commerciales déloyales

TOUSSAINT-DAVID Gaëlle

Avocat

Cass. civ. 1ère, 17 juin 2014, pourvoi n°14-11.437

La Cour de cassation a rendu le 17 juin dernier un arrêt par lequel elle a saisi la Cour de justice de l’Union européenne pour savoir si la vente de logiciels préinstallés pouvait être considérée comme constituant une pratique commerciale déloyale.

La question de la licéité des logiciels préinstallés au regard du droit de la consommation continue à faire débat.

Ce contentieux, relativement fourni, poursuit cette fois par un renvoi de la Cour de cassation à une future décision de la Cour de justice de l’Union européenne. Dans cette affaire, un client avait acquis un ordinateur contenant plusieurs logiciels préinstallés, et avait saisi la justice faute d’avoir pu obtenir le remboursement de ces logiciels par le fabricant.

Le client soutient en effet que la pratique consistant pour le fabricant à imposer l’achat des logiciels avec l’ordinateur constitue à divers titres une pratique commerciale déloyale, voire une pratique trompeuse ou agressive.

Pour être tout à fait précis, il convient de mentionner que l’achat avait été réalisé en 2008, soit antérieurement aux évolutions législatives intervenues notamment pour assouplir l’interdiction des ventes liées.

Le client, débouté de ses demandes par la Cour d’appel de Versailles, a formé un pourvoi à l’encontre de l’arrêt d’appel.

Dans la mesure où les faits différaient de ceux ayant donné lieu à de précédentes décisions, notamment en ce que le fabricant ne proposait pas parallèlement l’ordinateur nu ou quasi-nu, la Cour de cassation a considéré qu’il était opportun d’interroger la Cour de justice de l’Union européenne.

En effet, en la matière, il s’agit une fois encore d’appliquer la réglementation française au regard de l’interprétation faite par la CJUE des dispositions de la Directive 2005/29/CE du 11 mai 2005.

La Cour de cassationa tout d’abord rappelé qu’il est possible que – moyennant notamment une information correcte du consommateur – une pratique de logiciels préinstallés puisse être considérée comme conforme aux exigences de loyauté posées par cette directive.

Une fois ce rappel fait, suivant le raisonnement soutenu par le client, la Cour de cassation interroge la CJCE pour savoir :

  • d’une part, si la vente liée que constitue la pratique des logiciels préinstallés lors de l’achat d’un ordinateur est une pratique commerciale déloyale trompeuse lorsque le fabricant de l’ordinateur a fourni, par l’intermédiaire de son revendeur, des informations sur chacun des logiciels préinstallés, mais n’a pas précisé le coût de chacun de ces éléments ;
     
  • d’autre part, si cette pratique est considérée comme déloyale si le fabricant ne laisse pas d’autre choix au consommateur que celui d’accepter ces logiciels ou d’obtenir la révocation de la vente ;
     
  • enfin, si cette pratique est considérée comme déloyale si le consommateur se trouve dans l’impossibilité de se procurer auprès du même fabricant un ordinateur non équipé de logiciels (c’est-à-dire quand le fabricant ne propose pas le même ordinateur en version nue ou quasi-nue).

Il conviendra donc d’attendre désormais la position de la Cour de justice de l’Union européenne sur ces questions, afin que le régime juridique des logiciels préinstallés, et plus généralement celui des ventes liées issu de l’article L.122-1 du Code de la consommation, soit précisé.

Sommaire

Autres articles

some
Le cumul des sanctions administratives validé par le Conseil constitutionnel
Cons. const., décision n°2021-984 QPC, 25 mars 2022 Le Conseil constitutionnel déclare conformes à la Constitution les dispositions de l’article L. 470-2 VII du Code de commerce relatif au cumul de sanctions administratives relevant de pratiques anticoncurrentielles. Partant, une même…
some
Clause de non-concurrence et justification du savoir-faire du franchiseur
CA Paris, Pôle 5, Chambre 4, 30 mars 2022, n°20/08551 La Cour d’appel de Paris est venue préciser la jurisprudence antérieure relative à l’application d’une clause de non-concurrence au sein d’un contrat de franchise. Elle a considéré que la clause…
some
Validité de l’acte de cautionnement comportant des termes non prévus par la loi
Cass. com., 21 avril 2022, n°20-23.300 Le fait que la mention manuscrite apposée sur l’acte de cautionnement comporte des termes non prescrits par l’article L.341-2 du Code de la consommation dans son ancienne rédaction n’affecte aucunement de manière automatique la…
some
Le règlement d’exemption, quel impact pour les réseaux ?
Retrouvez François-Luc Simon dans le podcast "Le Talk Franchise" lors de Franchise Expo Paris.
some
Rupture brutale et reprise d’activité par un tiers : de nouvelles précisions
La partie qui s’estime victime d’une rupture brutale des relations commerciales établies ne peut se prévaloir de la relation qu’elle avait nouée antérieurement à un plan de cession, sauf à démontrer l’intention du tiers cessionnaire de poursuivre les...
some
Demande d’avis d’un professionnel portant sur la conformité d’une pratique d’un fournisseur au regard du droit de la concurrence
La CEPC s’est récemment prononcée sur la diffusion, par un fournisseur, de catalogues contenant des prix de revente et, à cette occasion, revient sur la distinction entre prix de revente imposés, par principe illicites, et prix de revente conseillés, ...