webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >IT / IP
 

Base de données : comment restreindre l’utilisation des données par des tiers ?

CJUE, 15 janvier 2015, aff. C-30/14

Lorsqu’une base de données ne fait pas l’objet d’une protection spécifique, les conditions générales peuvent limiter l’usage de celle-ci et interdire certaines conditions d’utilisation des données. Il est donc possible, et même recommandé, de prévoir contractuellement pour ce type de base les conditions de son usage par des tiers.


Les bases de données font l’objet d’une protection spécifique prévue au niveau communautaire par la directive 96/9 transposée en droit français aux articles L.341-1 et s. du Code de la propriété intellectuelle.

La loi confère deux formes de protection : l’une réside dans le droit d’auteur sur la base de données qui, par le choix ou la disposition des matières, constitue une création intellectuelle, l’autre consiste dans le droit sui generis du producteur de la base dont l’obtention, la vérification, la présentation notamment attestent d’un investissement substantiel. Le texte prévoit également les actes que l’utilisateur d’une telle base peut effectuer sans autorisation spécifique lorsque la base fait l’objet de droit d’auteur et/ou sui generis et interdit toute disposition contractuelle contraire (en droit français, cf. article L.342-3 du Code de la propriété intellectuelle).

L’affaire ayant conduit à l’arrêt commenté opposait une compagnie aérienne à un comparateur de prix à qui était reproché l’utilisation de données provenant du site internet de la compagnie, laquelle se prévalait des stipulations figurant dans les conditions générales d’utilisation de son site internet prévoyant, notamment, l’interdiction d’utilisation de tout système automatisé pour extraire les données du site à des fins commerciales. La juridiction néerlandaise saisie de cette affaire sollicita donc la CJUE pour l’interprétation des dispositions relatives aux bases de données.

La question préjudicielle consistait à interroger la CJUE sur le point de savoir si, une base de données qui n’est protégée ni par le droit d’auteur ni par le droit sui generis, peut voir son utilisation limitée contractuellement ?

La Cour répond en ces termes : « La directive 96/9/CE du Parlement européen et du Conseil, du 11 mars 1196, concernant la protection juridique des bases de données, doit être interprétée en ce sens qu’elle n’est pas applicable à une base de données qui n’est protégée ni par le droit d’auteur ni par le droit sui generis en vertu de cette directive, si bien que les articles 6, paragraphe 1,8 et 15 de ladite directive ne font pas obstacle à ce que le créateur d’une telle base de données établisse des limitations contractuelles à l’utilisation de celle-ci par des tiers, sans préjudice du droit national applicable ».

Aussi, lorsqu’une base ne bénéficie pas de la protection spécifique prévue par la loi nationale pour les bases de données, les dispositions impératives relatives aux droits des utilisateurs ne sont pas applicables et il est possible d’organiser librement contractuellement (par exemple dans les CGU d’un site internet) les restrictions à l’usage des données.

VOIR AUSSI

La forclusion par tolérance-CA Paris, 24 mai 2013, RG n°11/03454

- Vu : 9528

La forclusion est la sanction couperet qui tombe à l’encontre de celui qui, pendant cinq ans, a toléré l’usage d’un signe contrefaisant : la forclusion par tolérance constitue une fin de non-recevoir à l’action en contrefaçon.

> Lire la suite

Usage de la marque d’autrui en tant que mot-clé sur internet - CJUE, 23 mars 2010, aff. C-236/08 à 238/08

- Vu : 5339
Depuis plusieurs années, les titulaires de marques se sont émus de la pratique consistant, pour des concurrents (voire même des distributeurs de produits contrefaisants), à ... > Lire la suite


Les plus vus...
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 107098
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 88035
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
L'efficacité des pactes d'actionnaires
1 décembre 2008 - Vu : 44192
Stabilité du capital et de l’actionnariat, contrôle de l’entreprise ou des modalités de son transmission, tels sont les ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 43537
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©