webleads-tracker

MENU
Nos expertises Présentation du cabinet Présentation en vidéo Notre approche Nos départements Nos avocats Nos publications Nos distinctions Nous contacter Agenda / évènements Nos événements Autres événements Photothèque / Vidéothèque Ouvrages de référence Lexique Newsletters Rechercher Nos sites internet Distribution Concurrence consommation Immobilier IT / IP Corporate Restructuring International Partenaires Medias Contact Newsletter
SUIVEZ NOUS SUR
la lettre des réseaux
L'actualité juridique et économique des réseaux de distribution par Simon Associés
simon associés simon associés
Accueil >Distribution
 

Le préjudice lié au manquement d’un cocontractant à son obligation précontractuelle d’information - Cass. com., 10 juillet 2012, n° 11-21954

Publié au Bulletin

Lorsque le cocontractant a fait le choix de ne pas demander l’annulation du contrat mais seulement la réparation d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information, son préjudice est uniquement constitué par la perte de chance d’avoir pu contracter à des conditions plus avantageuses.

 

Ce qu’il faut retenir : Lorsque le cocontractant a fait le choix de ne pas demander l’annulation du contrat mais seulement la réparation d’un manquement à l’obligation précontractuelle d’information, son préjudice est uniquement constitué par la perte de chance d’avoir pu contracter à des conditions plus avantageuses.

Pour approfondir : Selon l'arrêt objet du pourvoi (CA Paris, du 26 mai 2011), rendu sur renvoi après cassation (Cass. civ. 1ère, 25 mars 2010, pourvoi n° 09-12.895), une société G avait cédé à une société P, le 16 septembre 1999, la totalité des actions représentant le capital de la société E qu'elle détenait et qui avait pour activité la location longue durée de matériel informatique ; soutenant que la société G avait dissimulé, lors de la négociation, l'existence de contre-lettres consenties par la société E à certains de ses locataires afin de leur permettre d'acquérir le matériel loué à un prix résiduel avantageux en fin de contrat, la société P et le commissaire à l'exécution de son plan de continuation avaient mis en œuvre la procédure arbitrale prévue au contrat ; la cour d'appel avait confirmé la sentence arbitrale en ce qu'elle avait retenu, au visa des articles 1116 et 1382 du code civil, l'existence d'une réticence dolosive précontractuelle et, l'infirmant sur le montant du préjudice indemnisable, avait condamné la société G à payer à ce titre certaines sommes à la société P ; devant la cour d'appel de renvoi, la société P avait demandé que la société G soit condamnée au paiement de dommages-intérêts en réparation de la perte de chance d'avoir pu réaliser un autre investissement; la société G avait soulevé l'irrecevabilité de cette demande et avait, subsidiairement, contesté son bien-fondé en soutenant que la société P pouvait seulement prétendre à la réparation de la perte de chance d'avoir pu mieux négocier le prix d'acquisition de la société E.

L’arrêt critiqué (CA Paris, du 26 mai 2011) avait retenu que la société P peut obtenir réparation de la perte de chance de conclure un contrat plus avantageux sans avoir demandé la nullité du contrat affecté de dol ; il ajoutait que la perte de chance pour la société P de réaliser une meilleure opération si elle avait été complètement informée est sans lien avec la conservation des actions de la société E dans son patrimoine, le préjudice résultant de cette perte de chance s'étant produit au moment de la réalisation de l'opération ; il retenait encore que la décision de la société P de maintenir le contrat n'avait pas rompre le lien de causalité entre la faute pré-contractuelle et le préjudice dont il était demandé réparation.

Par l’arrêt commenté (Cass. com., 10 juillet 2012, n° 11-21954), publié au Bulletin, la chambre commerciale de la cour de cassation retient par principe :

« Attendu qu'en statuant ainsi, alors que la société (P) ayant fait le choix de ne pas demander l'annulation du contrat, son préjudice réparable correspondait uniquement à la perte d'une chance d'avoir pu contracter à des conditions plus avantageuses, la cour d'appel a violé les textes susvisés (1116 et 1382 du code civil) ».

A rapprocher : Cass. com., 25 novembre 2014, pourvoi n°13-24.658

VOIR AUSSI

RUPTURE BRUTALE : Les conditions d’exécution du préavis et la nature du préjudice réparable

Cass. com., 10 février 2015, pourvoi n°13-26.414

- Vu : 5171

Sauf circonstances particulières, l’octroi d’un préavis suppose le maintien de la relation commerciale aux conditions antérieures. En outre, seuls sont indemnisables les préjudices découlant de la brutalité de la rupture et non de la rupture elle-même.

> Lire la suite

Contrat de franchise et droits du franchiseur sur la marque - CA Paris, 15 mai 2013, RG n°11/08620

- Vu : 5707
Conséquences du défaut d'inscription de la licence de marque par le franchiseur au registre des marques. > Lire la suite


Les plus vus...
Rappels concernant l’obligation périodique de statuer sur une augmentation de capital réservée aux salariés
15 janvier 2013 - Vu : 76926
La collectivité des associés d’une société par actions doit, lorsque le rapport de gestion présenté à l’AGO annuelle indique ...
> Lire la suite
Le nouvel article 1231-5 du code civil relatif à la clause pénale
14 mai 2016 - Vu : 64585
Parmi les nombreuses dispositions qu'elle contient, la réforme du droit des contrats introduit un nouvel article 1231-5 au ...
> Lire la suite
MAPIC - 16-18 novembre 2016 - Cannes | Palais des Festivals
27 septembre 2016 - Vu : 38453
SIMON ASSOCIÉS sera présent au MAPIC du 16 au 18 novembre à Cannes. ...
> Lire la suite
Clauses de durée et poursuite des relations commerciales dans les contrats de distribution
1 décembre 2012 - Vu : 35087
La poursuite des relations commerciales dans les contrats de franchise, et plus généralement dans les contrats de distribution, ...
> Lire la suite
Copyright ©2016 La lettre des Réseaux | Création et réalisation Webcd©